Le Labyrinthe de Versailles (2) : exporter l’œuvre – exporter la magnificence de la cour de Versailles

Résumé de la conférence-entretien
animée par Stephanie Bung et Miriam Speyer
à l’Institut français de Essen le 2 déc. 2021.

On entrera dans le Labirinte, et après avoir descendu jusques aux canes et au chien, on remontera pour en sortir du costé de Bachus.
Louis XIV, Manière de montrer les jardins de Versailles, ms., vers 1699.

La réussite du labyrinthe est en effet telle qu’elle donne rapidement lieu à une diffusion européenne, et, plus notable encore, traduite dans les langues des différents pays. Le français étant généralement la langue des cours européennes, de nombreuses publications, comme aussi le Mercure galant, sont distribués en Europe, mais sans forcément donner lieu à des traductions, peu nécessaires dans les faits. La publication de l’œuvre en anglais, allemand et néerlandais, en revanche, souligne sa destination large, et son rayonnement.

1682 : une publication en quatre langues

Éd. de N. Visscher en quatre langues (numérisation : Digitale Sammlungen der HAAB Weimar)

La publication la plus remarquable est sans doute la version en quatre langues parue à Amsterdam chez Nicolaus Visscher en 1682. Celle-ci reproduit la dispositio en deux parties de l’édition de l’imprimerie royale de 1677, mais propose tant la description en prose que les quatrains en quatre langues : français, anglais, allemand et néerlandais. Dans l’avis au lecteur, présent dans trois langues et destiné au lecteur non francophone, l’éditeur précise ainsi l’intérêt de l’ouvrage et de la traduction :

Wegen Vortrefflichkeit dieses Orthes [des Labyrinths] so wohl / als des Nutzens und Bequemlichkeit halber für die Irrenden / hat man in Frankreich ein überaus schönes Tractätlein mit 41 Kunstreichen Kupferstichen des Grundes / Einganges / und eines jeden Springbrunnens ins besonder herauß gegeben / weil aber solches im Französischen alleine den Einwohnern oder Sprachkundigen frembdlingen zu statten kahm / so habe nicht undienlich erachtet / dasselbe in die Englische / Hoch- und Niederteutsche Sprachen beydes mit Sinnreichen Versen als anderen Erklärungen / nehmlich / in die Englische von John Morrisson / in die Hochteutsche von Andreas Müller / und in die Niederteutsche von Antonius Jantz von der Goes, übersetzen / und also in viererley Sprachen drucken zu lassen / umb dadurch obgedachte Nationen so wohl als die Frantzosen dieser Ergetzlichkeit und Nutzens theilhaftig zu machen.[1]

Comme l’édition parisienne, Le Labyrinthe de Versailles | The Labyrint of Versailles | Der Irrgarten zu Versailles | ‘t Doolhof tot Versailles est présenté à la fois comme une promenade de papier, et un guide touristique, invitant les visiteurs à se rendre sur place pour découvrir le labyrinthe. Et c’était possible : les jardins de Versailles, comme ceux des Tuileries, étaient a priori ouverts au public[2]. Le roi Louis XIV “ne pouvant plus se promener dans ses jardins sans être accablé par la multitude du peuple” (Dangeau, Journal) en décida toutefois la fermeture en 1685. Une réouverture des jardins semble avoir eu lieu vers 1704[2bis]. En raison de sa fragilité, le labyrinthe a même dû être fermé dès les années 1680 : seuls les membres de la cour y avaient accès[3].

Comme Visscher le précise dans l’avis au lecteur, l’ouvrage est complété par des gravures, comprises dans le privilège accordé à Visscher, qui sont des imitations presque parfaites de celles qui ornent l’édition de l’imprimerie royale de 1677. Il faut en effet regarder de très près pour distinguer des différences, la signature de W. Swidde (ou Swedde) souligne cependant qu’il s’agit bien de nouvelles planches, gravées pour cet effet, et non des planches de Le Clerc qui auraient voyagé vers Amsterdam.


Détail de l’éd. de N. Visscher (1682), p. 166 (source de la numérisation : HAAB Weimar)

En dépit de l’investissement tant financier qu’éditorial de Visscher, l’ouvrage semble cependant avoir rencontré relativement peu de succès : il est remis en circulation avec une nouvelle page de titre sous l’adresse de Henri Bosch en 1722[4].

D’autres éditions étrangères : rééditer, recréer, traduire

La publication de Visscher, si elle est peut-être celle qui paraît la plus surprenante, n’est pas la seule à paraître à l’étranger dans les années qui suivent la création du bosquet du labyrinthe. Dans les années qui suivent paraît en Hollande une édition « suivant la copie ». La page de titre imite de près celle de 1677. Le frontispice gravé permet toutefois d’identifier l’origine de l’ouvrage : il provient de Pierre Mortier, imprimeur-libraire à Amsterdam. On connaît aujourd’hui deux impressions de cette édition, une sans date, l’autre datée de 1693. Le catalogue de la Bibliothèque municipale de Lyon date la première édition de 1677 ou 1679[5]. L’hypothèse d’une impression à la fin des années 1670 paraît cependant douteuse, Pierre Mortier n’ayant été reçu dans la guilde des imprimeurs d’Amsterdam qu’en 1685[6].

L’édition d’Amsterdam se distingue par son format, en in-4° paysage, et une dispositio différente des textes : Pierre Mortier regroupe la prose descriptive de Perrault et le quatrain de Benserade sur une seule page. Les estampes montrant les fontaines, également en format paysage, se trouvent en regard. Elles sont, de plus, enrichies de personnages. Selon la notice de l’exemplaire de la Bibliothèque nationale, les estampes seraient également de la main de Sébastien Le Clerc[7]. Rien ne permet cependant de l’affirmer avec certitude, les estampes n’étant pas signées.

Illustration de la Fable II dans l’éd. de P. Mortier (numérisation : Numelyo, exemplaire BM Lyon RES 395319)

Vers 1690 paraît encore une autre édition du Labyrinthe : une version bilingue publiée par Johann Ulrich Kraus à Augsburg. Kraus reproduit dans celle-ci le texte français et le complète par la traduction d’Andreas Müller, qu’il a reprise de l’édition en quatre langues de Visscher (1682). Il copie également l’introduction en allemand de l’éditeur hollandais, qu’il modifie à peine :

/ weil aber solches im Französischen alleine den Einwohneren oder Sprachkundigen Frembdlingen zu statten kahm kam / so habe nicht undienlich erachtet / dasselbe in die Englische / Hoch- und Niederteutsche Sprachen Teutsche Sprach / beydes beedes mit Sinnreichen Versen als anderen Erklärungen / nehmlich / in die Englische von John Morrisson / in die Hochteutsche von Andreas Müller / und in die Niederteutsche von Antonius Jantz von der Goes, übersetzen übersetztet / und also in viererley zweyerley Sprachen drucken zu lassen / umb dardurch obgedachte Nationen die Teutsche Nation so wohl wol als die Frantzosen Franzosen dieser Ergetzlichkeit Ergötzlichkeit und Nutzens theilhafftig zu machen.[8]

La dispositio du texte et la composition d’ensemble rappellent, elles, davantage l’édition de Mortier : Krauß fond ensemble la prose et le vers sur la page de gauche. Sur la page de droite se trouvent les gravures montrant les fontaines qu’il complète par la traduction en allemand du quatrain de Benserade. Les gravures sont des imitations très fidèles de celles de Sébastien Le Clerc, mais là encore, l’examen de détail permet de confirmer qu’il s’agit bien de créations originales. La signature qui orne la première estampe de l’édition (f. 2v°) invite de plus à penser qu’elles sont l’œuvre de l’éditeur lui-même, qui exerce également, lui, de même que sa femme, comme graveur[9].

À la fin du XVIIe siècle, la publication orchestrée par Perrault, comme le bosquet littéraire, dont il est peut-être l’inventeur, connaît ainsi un rayonnement remarquable non seulement en France, mais également chez les voisins européens. Or, la renommée européenne du labyrinthe du Roi de France demande aussi son tribut : victime de son succès, le bosquet du labyrinthe sera détruit sous Louis XVI en raison des très nombreuses dégradations qu’il a subies pendant une centaine d’années[10]. Seuls 35 des 330 animaux en plomb qui composaient les fontaines sont encore conservés aujourd’hui. À l’occasion de l’exposition Les Animaux du Roi (12 oct. 2021-13 févr. 2022), ils ont récemment été exposés au Château de Versailles.

Fable XVII “Le Perroquet et le singe”.
À gauche : sculpture en plomb, Château de Versailles (cliché personnel),
à droite : détail de la gravure de Sébastien Le Clerc dans l’éd. de 1677, p. 35 (Source : Gallica).

[1] En raison de l’excellence du lieu, comme pour l’usage et l’agrément des visiteurs, on a fait imprimer en France un fort beau livret agrémenté par d’artistes estampes montrant le plan, l’entrée et chacune des fontaines ; celui-ci, en langue française, ne pouvant profiter qu’aux Français et aux étrangers francophones, j’ai jugé utile de faire traduire, tant les vers fort sensés que les autres explications, en anglais par John Morrisson, en haut allemand par Andreas Müller et en bas allemand par Antonius Jantz van der Goes, et donc de faire imprimer l’œuvre en quatre langues afin qu’elle divertisse et instruise ces nations, comme la française. (je traduis)

[2] Voir à ce sujet p. ex. les Mémoires de Charles Perrault, de l’Académie Françoise, Avignon, 1759, p. 186-188.

[2bis] M. Da Vinha, R. Masson, Versailles : histoire, dictionnaire et anthologie, Paris, R. Laffont (Bouquins), 2015, article “Vols et dégradations”. La citation provient du Journal du marquis de Dangeau (entrée du 13 avril 1685). C’est aussi Dangeau qui mentionne l’enlèvement des grilles devant les bosquets : “Le roi alla se promener dans ses jardins ; il a ordonné qu’on ôtat toutes les grilles qui enferment tous les bosquets, et veut que tous les jardins et toutes les fontaines soient pour le public.” (entrée du 16 nov. 1704). L’édition du Journal parue en 19 vol. chez Firmin-Didot entre 1854 et 1860 a été numérisée par la Bibliothèque nationale de France.

[3] M. Conan, “Les Jardins infinis”, dans Le Labyrinthe de Versailles 1677, présenté par Charles Perrault, Paris, Éditions du Moniteur, 1982, n. p.

[4] Voir p. ex. l’exemplaire conservé à la Réserve de la BnF (8 YB 1426).

[5] Voir la notice de l’exemplaire RES 395319 de la BM de Lyon.

[6] Voir la notice de Pieter Mortier sur data.bnf.fr.

[7] Voir la notice de l’exemplaire dans le catalogue de la BnF.

[8] J. U. Krauß, « Ergtzölichkeit(sic)-Liebender Leser », dans Labyrinthe de Versailles – Der Irrgarten zu Versailles, Augsburg, J. U. Krauß, n. d., n. p. Les modifications faites par Kraus, dont la plupart n’est qu’orthographique, sont signalées par des caractères gras.

[9] Krauß publie dans ces années-là aussi d’autres ouvrages de propagande royale française, qu’il complète toujours par une traduction allemande. Les gravures sont notamment prises en charge par lui-même ou sa femme. C’est ainsi le cas pour Tapisseries du roy… | Königliche Französische Tapezereyen… (1687), dont les estampes sont signées « Johanna Sübylla Krausin, eine gebohrne Küslert (?) » (Johanna Sibylla Krauß, née Küsel).

[10] « Le labyrinthe disparu », art. cit.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Miriam Speyer (24 février 2022). Le Labyrinthe de Versailles (2) : exporter l’œuvre – exporter la magnificence de la cour de Versailles. La micro-politique des belles lettres. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rfd0


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search