La Nouvelle Pandore ou les femmes illustres… – l’imaginaire d’un nom au XVIIe siècle

Dédicace de la Nouvelle Pandore (Gallica, détail)

Le titre que choisit Charles-Claude Guyonnet de Vertron pour le recueil qu’il publie en 1698 à l’honneur des femmes de lettres de son temps a de quoi étonner, le nom de « Pandore » ne faisant, pour le lecteur d’aujourd’hui, pas franchement référence à un épisode glorieux pour le beau sexe. Antoinette de Salvan de Saliès, correspondante régulière de Vertron et une des femmes les plus citées dans la Nouvelle Pandore, formule elle aussi des doutes quant au choix du titre :

J’ay une veritable Impatience de lire LA NOUVELLE PANDORE, & de voir unies tant de matieres differentes, dont je ne puis m’inaginer la liaison entr’elles, ny avec le Titre. PANDORE est un nom fatal. Je ne sçay comment vous vous garantirez des reproches qu’il nous cause depuis bien des siecles ; mais enfin il faut se confier au Protecteur du beau Sexe
Ah ! vous avez beau dire, un tel Titre d’honneur,
Se doit a vostre esprit, autant qu’a vostre cœur.
(Mercure galant, nov. 1699)

L’association avec la « boîte de Pandore », celle dans laquelle « Jupiter avoit enfermé tous les maux imaginables » (Furetière, 1690) est en effet celle qui ressort majoritairement dans les corpus préclassiques et classiques de la base Frantext. Si on ne la qualifie pas d’« infecte », de « malheureuse » ou encore de « traistresse Pandore » qui « apporta nos mal-heurs » (Agrippa d’Aubigné, Les Tragiques, « Misères »), on l’accuse au moins de la tare habituelle des femmes : « Elle étoit femme & partant curieuse » (Houdar de la Motte, Fables, IV, 7, 1719).

Or, quoique minoritaire (selon Frantext), un autre sens ressort. En partant du mythe, et de l’étymologie de son nom, Pandore devient un personnage digne d’éloges. « La raison de son nom est telle, écrit Nicot (1606), Pan en Grec signifie Tout: et Doron est à dire un don ou present. Elle fut donc nommée Pandore, parce que chacun des Dieux luy fit vn don ou present. » Dans les Méditations métaphysiques (1661), Descartes souligne que « les Poëtes nous décrivent la Pandore […]comme une Déesse ornée de toutes sortes de perfections, & à qui chaque Dieu avoit donné un de ses principaux avantages.

Dans l’épître « Aux Dames illustres du siecle de Louis le Grand », Vertron se sert aussi de cette explication :

[…] Sans doute vous sçavés l’Histoire de PANDORE.
Vulcain la fit pour plaire au Souverain des Dieux,
Chacun d’eux lui fit part d’un Don tres-précieux :
Qui dit PANDORE, dit un Objet qu’on adore,
Qui gagne tous les Cœurs, qui fais charmer les yeux
Et qui par ses Vertus mérite qu’on l’honore.

Quant à l’ouverture de la boîte, celle-ci est naturellement imputée au « fol Epiméthée », instrument de la vengeance de Jupiter.
Dans l’œuvre de Vertron, La Nouvelle Pandore, titre envisagé probablement dès 1688, constitue ainsi en quelque sorte le pendant féminin du Nouveau Panthéon (1686), dans lequel l’académicien d’Arles affirme, en s’adressant à Louis XIV :

Peu s’en faut, SIRE, que je n’appelle VOTRE MAJESTÉ le Nouveau Pantheon, puisque sa personne sacrée renferme les perfections des Divinitez du Paganisme […]. Autrefois les Dieux firent des presens à Pandore de ce qu’ils avoient de plus agreable, ces mesmes Dieux aujourd’hui vous en font de plus considerables, en vous attribuant leurs noms, leurs vertus, leurs honneurs & leurs symboles.

Citer cet article : Miriam Speyer, "La Nouvelle Pandore ou les femmes illustres… – l’imaginaire d’un nom au XVIIe siècle", in La Micro-politique des belles lettres, 02/06/2021, https://micropoexvii.hypotheses.org/147.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.